Mis à jour le 13/05/2022  -  13:41

 

 

 

------------------

Première pour l’hôpital

 

Une manifestation est destinée aux infirmiers diplômés et aux étudiants infirmiers, de Saône-et-Loire et des départements limitrophes, pour leur faire découvrir l’établissement et leur donner envie de nous rejoindre.

 

Les organisations syndicales et la Direction diffusent l’information sur leurs sites respectifs.

 

Aussi, merci de faire circuler l’information autour de vous pour :

 

Une journée portes ouvertes le samedi 21 mai 2022 à 10h00 à l’auditorium du CHS de SEVREY

 

 

cliquez sur le lien ci-dessous

www.calameo.com/read/00029209158190eb339df

--------------------

VACANCE DE POSTE

le 10/05/2022
- 1 Cadre de Santé - ETP - PPSA
CMP Le Creusot et CATTP Montchanin
délai de rigueur : 20 mai 2022
 
- 1 Aide-soignant - ETP - PHARe
Unité BENGALI
délai de rigueur : 27 mai 2022
 
- 1 Aide-soignant - ETP - PHARe
UPEO
délai de rigueur : 27 mai 2022

---------------------------------

 

RELÈVEMENT DU MINIMUM DE TRAITEMENT DE LA FONCTION PUBLIQUE

 

Cela est purement scandaleux !!!

 

 

La smicardisation atteint désormais plus de 700 000 agents publics !

 

Le décret portant relèvement du minimum de traitement dans la fonction publique est paru au Journal Officiel ce jeudi 20 avril 2022.

 

Il porte l’indice majoré minimum à 352 à compter du 1er mai :

cela a pour conséquence que tous les agents dont l’indice est inférieur à 352 seront donc rémunérés sur cette nouvelle base.

 

Il y aura donc une différence entre d’une part, l’indice figurant sur les échelles de rémunération et d’autre part, celui servant au calcul du traitement.

 

Cette mesure de revalorisation était indispensable et incontournable pour éviter que des agents ne perçoivent un traitement inférieur au SMIC et donc la mise en place d’une indemnité compensatrice.

 

Cependant, la Fédération FO-SPS juge que cette mesure est totalement insuffisante et inadaptée, car elle ne compense absolument pas l’inflation subie depuis 20 ans par les agents de la fonction publique hospitalière.

 

Pour en tenir compte, la valeur du point d’indice aurait dû être augmentée en effet à plus de 22 %.

 

Par l’application de cette mesure, les 7 premiers échelons de l’échelle C1 (Adjoint Administratifs, Agents des Services Hospitaliers Qualifiés, Agents d’entretien qualifiés…) sont désormais rémunérés à cet indice, ainsi que les 3 premiers échelons de l’échelle C2 (Aide-Médico-Psychologique, Ouvrier Principal de 2ème classe…), de même que les 2 premiers échelons de l’échelle B1 (Technicien Hospitalier, Adjoint des Cadres, AMA, Aides-Soignants et Auxiliaires de Puériculture de classe normale…) En conséquence les premiers échelons de la catégorie C et B démarrent au même indice et rendent la structuration des corps et grades complètement anarchique.

 

Ainsi par exemple les agents qui auront 9 années d’ancienneté à l’échelle C1 se retrouveront à être payés au même niveau qu’un agent entrant dans la FPH :

 

Par cette disposition, le gouvernement fait aussi fi de la hiérarchie des corps constituant les catégories B et C et donc des niveaux de diplôme.

La Fédération FO-SPS juge inadmissible la continuité de la politique du saupoudrage et donc de tassement des grilles qui en résulte, niant de fait le principe de l’évolution de carrière et la reconnaissance de l’expérience professionnelle dans la FPH.

Dans ce contexte, la Fédération FO-SPS porte toujours, et plus que jamais, avec force et détermination, la revendication de l’augmentation de la valeur du point d’indice et d’amélioration générale de toutes les grilles indiciaires.

 

Le gouvernement ne peut tout de même pas s’enorgueillir de disposer de plus de 700 000 smicards désormais, alors que celui-ci incite les employeurs privés à augmenter les salaires !

 

Ces revendications doivent être entendues par le gouvernement, cette situation générant un sentiment de mépris des agents est insupportable, elle ne peut plus perdurer !

 

Pour la Fédération FO-SPS, l’ouverture des négociations sur les salaires est une urgence qui ne peut plus attendre !!!

 

2022 04 21 Communiqué_Relèvement du minimum de traitement de la FP docx.pdf (244231)

 

----------------------------------

SEGUR ET DROIT D’OPTION DE B EN A

 

 

Chères et chers Collègues,

Comme vous le savez, la Fédération FO-SPSS revendiquait depuis des années la possibilité d’un droit d’option pour ouvrir la possibilité de passage en catégorie A aux agents ayant fait le choix de rester en catégorie B de rémunération.

Nous  vous rappelons qu’il ne s’agit pas d’un droit de remord qui impliquerait une reconstitution de carrière impossible à réaliser mais d’un réel droit d’option.

Dans le cadre des négociations du protocole d’accord du Ségur de la santé, la Fédération FO à peser de tout son poids pour obtenir l’ouverture de ce nouveau droit d’option et a obtenu satisfaction.

C’est donc, dans la continuité de la mise en œuvre du protocole d’accord du Ségur de la santé, que l’arrêté́ du 25 mars 2022 fixant les règles d’organisation des concours réservés sur titres pour l’accès à̀ certains corps paramédicaux de la catégorie A de la fonction publique hospitalière vient d’être publié.

 

Un petit rappel historique s’impose:

C’est le décret n° 2010-1139 du 29 septembre 2010 qui a créé le corps de catégorie A des infirmiers en soins généraux et spécialisés de la fonction publique hospitalière et le décret n° 2010-1140 du 29 septembre 2010 qui a prévu la mise en extinction du corps des infirmiers de catégorie B depuis le 1er décembre 2010.

Ces deux décrets ont obligé dans les 6 mois suivant leurs publications, les agents à faire le choix, entre le maintien dans leur corps de catégorie B ou un reclassement dans le corps de catégorie A en prenant en compte les éléments suivants :

Le choix du maintien en catégorie B impliquait alors l’acceptation d’une revalorisation dans le cadre du nouvel espace statutaire (NES) paramédical.

Était également en jeu le maintien en catégorie active au sens de la CNRACL (1 an tous les 10 ans) et surtout permettait de garder la possibilité d’un départ en retraite à l’âge de 55 ans, passé depuis progressivement à 57 ans.

Alors que le choix du nouveau corps de catégorie A, mieux rémunéré, obligeait les agents à abandonner la catégorie active, et de fait, à accepter de se retrouver en catégorie sédentaire, avec un départ à la retraite à 60 ans puis progressivement à 62 ans.

Bien évidemment, notre Fédération revendiquait déjà en 2010 le maintien en catégorie active et dénonçait cette forme de chantage concernant le passage en catégorie sédentaire.

Aujourd’hui encore, même si la Fédération FO-SPSS peut être fière d’avoir obtenu de haute lutte ce nouveau droit d’option qui sera particulièrement positif pour certains. Il n’en reste pas moins qu’il faut être vigilant dans son application, d’autant que la dernière réforme des retraites a changé certains éléments comme l’âge d’annulation de la décote à 67 ans.

Pour cela, la Fédération FO-SPSS vous conseille de demander au service RH de votre établissement de vous établir une simulation par un document exposant clairement les conséquences individuelles du choix envisagé.

 

Calendrier de mise en œuvre et modalités techniques du concours :

 

Le concours doit être ouvert par l’autorité investie du pouvoir de nomination (le directeur général de l’établissement) avant le 30 septembre 2024.

Le concours consiste en un examen du dossier de chaque candidat, suivi d’une audition qui ne peut être supérieure à 10 minutes, dont un maximum de 5 minutes de présentation du candidat.

Les avis d’ouverture des concours ne peuvent intervenir moins de 15 jours avant la date effective des auditions.

 

Dépôt du dossier de candidature :

 

1.Une copie des titres, diplômes et autres qualifications équivalentes dont le candidat est titulaire ;

 

2. Le formulaire de renseignement, prévu en annexe du présent arrêté́ et faisant état de l’identité du candidat, de son corps d’appartenance et de ses expériences professionnelles, complété ;

 

3. Un état des services, complété par l’autorité investie du pouvoir de nomination dont relève le candidat, justifiant d’au moins cinq ans de services publics effectifs à la date de clôture des inscriptions et du corps dont il relève à cette même date.

 

Composition du jury :

 

Le directeur de l’établissement organisateur ou son représentant, président ;

Un cadre de santé désigné par le directeur de l’établissement organisateur du concours ;

Un ou plusieurs fonctionnaires hospitaliers de catégorie A désignés par le directeur de l’établissement organisateur du concours.

Il peut être fait appel à̀ un cadre de santé et à des fonctionnaires hospitaliers en fonctions dans un autre établissement que celui organisant le concours.

 

A l’issue de l’audition, le jury établit, par ordre alphabétique, la liste d’aptitude des candidats déclarés admis au concours concerné.

 

Bon courage à vous tous.

 

Bien syndicalement.

 

Le bureau FO 

 

--------------------------

 

---------------------------------------

COMMUNIQUE DE PRESSE

RETRAITE

FO s’oppose à toute réforme conduisant à reculer l’âge de la retraite

 

-----------------------------------------

Dégel de la valeur du point d'indice

Une hausse immédiate, pas une promesse électorale ! La ministre de la Transformation et de la fonction publiques vient d'annoncer un projet de dégel de la valeur du point d'indice, mesure générale indispensable notamment pour maintenir le pouvoir d'achat des fonctionnaires. FO Fonction publique n’a eu de cesse d’exiger l’augmentation de la valeur du point d’indice et l’ouverture de négociations sur les rémunérations depuis le début du quinquennat. Maisforce est de constater que cette proposition est bien tardive et reste aléatoire. En effet, les « concertations » pour déterminer le montant de la revalorisation ne commenceront qu'après les élections présidentielles et l'application de cette mesure ne pourra être concrète qu'après une loi de finances rectificative votée par le nouveau Parlement donc après les élections législatives. FO ne peut se satisfaire de cette méthode très particulière ! C’est maintenant que des mesures urgentes doivent être prises dans le cadre de réelles négociations. Les agents publics ont déjà subi des pertes de pouvoir d’achat énormes, attendre le résultat de scrutins électoraux pour prendre des décisions n’est pas acceptable ! Depuis des mois, FO Fonction publique alerte le gouvernement sur l'indispensable revalorisation du point d'indice pour compenser une inflation sans précédent en 2021 qui se poursuit en 2022. A contrario, le gouvernement s’est contenté de relever le salaire des agents publics passés en dessous du SMIC. De fait, 99 % des agents subissent de plein fouet l'inflation et une baisse drastique de leur pouvoir d'achat. Cette mesure ne nous fera pas oublier que ce quinquennat a été le premier où les salaires auront été gelés sur les cinq ans de la mandature. Depuis 2000, les fonctionnaires ont perdu 22 % de pouvoir d'achat. Avec une inflation prévue de 4 % en 2022, la revalorisation annoncée avant l'été ne peut être inférieure à 4 %. De plus, un plan pluriannuel de revalorisation du point d'indice doit être engagé afin de compenser les pertes subies, sans oublier une amélioration de la grille indiciaire pour redonner de l'attractivité à l'emploi public et du sens au principe de carrière. FO Fonction publique continuera de porter ses revendications avant, pendant et après les échéances politiques, en toute indépendance.

 

-------------------------------

GREVE ET MOBILISATION 

LE JEUDI 27 JANVIER 2022

 

Suite au CTE du 14 décembre, 

 
 

La Direction s'est engagée a proposer d'emblée des Contrats à Durée Indéterminée 

C.D.I. 

aux infirmiers qui intégreront l'établissement.

dans le cadre d'une campagne d'attractivité et dans le but de sécuriser les parcours professionnels et favoriser l'engagement au sein du CHS.

Ces CDI seront effectifs à l'issue d'une période (légale) de 4 mois d'essais (renouvelable une fois éventuellement).

Les Infirmiers déjà présents dans l'établissement et toujours en CDD pourront se voir également proposer un CDI au terme de leur contrat.

La Direction du CHS a acté cette notion d'équité entre nouveaux arrivants et déjà présent de la même profession, mais les planifications financières 2022, n'étant pas encore validées par l'ARS, empêchent les modifications budgétaires nécessaires dans l'immédiat. 

  --- Le passage systématique au 1er janvier 2022 des CDD en CDI pourrait alors entrainer un blocage des payes par le Trésor Public.

Ne pouvant donner avec certitude un délai pour les passages en CDI la Direction s'est engagée sur le principe et procédera aux transformations de Contrat de travail dès que les décisions budgétaires seront entérinées par les instances et les tutelles, ce qui prendra quelques mois.

 

---------------------------

 

Les Mascottes 

F et O arrivent dans l'équipe FO

 
--------------------------------------

Compte Rendu CTE du 14 Décembre 2021.

voir dans Menu, CR de C.H.S.C.T. -  C.T.E.

 

----------------------------

Notre système de soins n’a pas le 

temps d’attendre et les Hospitaliers encore moins ! 

 
 

Communiqué de la Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé Force Ouvrière

 

Ces derniers temps, le 30 novembre, le 1er, le 2 et le 4 décembre, les voix de beaucoup d’hospitaliers et d’agents des secteurs sociaux et médico-sociaux se sont fait entendre. Ce mécontentement tinté de colère va à nouveau s’exprimer dans la rue le 7, pour dire à ce gouvernement qu’il doit prendre en considération les revendications légitimes des agents en grandes difficultés.

A Paris (AP-HP), en Mayenne, comme dans de nombreux autres établissements, les agents sont à bout de souffle, submergés par l’intensité de la charge de travail, avec pour conséquences des conditions de travail détestables. Au même moment le 5e rebond de la crise sanitaire se dessine pour venir frapper une institution hospitalière qui a déjà un genou à terre. C’est pourquoi, la Fédération FO-SPS réclame des mesures immédiates pouvant améliorer les conditions de travail et ainsi la prise en charge des patients.

Sans réponses du gouvernement à nos revendications, ces mobilisations en appelleront d’autres, mais nous devons constater que l’éparpillement et le morcellement des actions permettent au gouvernement une stratégie du pourrissement. Ainsi pas de réponse pour l’AP-HP, pas de réponse pour l’Hôpital de Mayenne, pas plus pour les revendications catégorielles des psychologues, des ambulanciers, des socio-éducatifs... De même, nos revendications en inter-fonction publique pour de nouvelles grilles pour les Administratifs, Techniques et Ouvriers restent sans réponses ! Quant à l’augmentation de la valeur du point d’indice, les annonces de la Ministre, sans être claires, laissent à penser qu’il n’y en aura pas, malgré l’inflation.

Dans ce contexte la conférence sociale, promise et signée dans le Ségur 2, est reportée début janvier.

Le gouvernement gagne du temps et se projette vers la période dite de réserve (avant les élections) pour ne pas avoir à prendre ses responsabilités et prendre des mesures structurelles qui forcément coûteront de l’argent public. C’est ce même argent dont les gouvernements successifs ont dépouillé les établissements avec comme alibi, la mise en œuvre des réformes qui n’ont fait qu’aggraver la situation et qui nous manque cruellement aujourd’hui !

Si nous voulons être entendus, et ne pas perdre les 6 mois qui nous séparent des élections, nous devons maintenant préparer une riposte à la hauteur des enjeux. Nous devons arrêter les mouvements disséminés, corporatistes, sectoriels et catégoriels. Le temps est venu de nous réunir pour une action forte, sans mouvement saute-mouton, afin d’être plus efficaces. Il y va de la responsabilité de chacun !

La mobilisation de ces derniers jours doit s’amplifier et se propager à tous les secteurs de notre champ d’activité avec comme mot d’ordre l’amélioration de nos conditions de travail, l’augmentation des effectifs, des salaires, l’arrêt de la fermeture des lits, l’extension du Ségur pour tous !

C’est pourquoi la Fédération se félicite des actions militantes passées, elles doivent inciter nos syndicats à se saisir de la situation pour organiser le rapport de force et forcer le gouvernement à prendre des mesures, même s’il y a une élection présidentielle. L’Hôpital n’a pas le temps d’attendre !

Afin de coordonner nos actions et de préparer la mobilisation commune, la Fédération FO-SPS donne rendez-vous à ses militants le 1er février 2022 pour une grande conférence à Paris au siège de la Confédération, Avenue du Maine, pour décider ensemble du mouvement que nous souhaitons initier, il devra être le plus large possible.

Le Ségur a été une étape indiscutablement positive sur les rémunérations, mais il n’a pas apporté les corrections nécessaires sur son volet conditions de travail et effectifs. Les 15 000 postes supplémentaires annoncés au Ségur de la Santé ne sont toujours pas déployés et les désaffections des soignants conjugués aux suspensions ont engendré un cercle vicieux dangereux de démobilisation de ces professionnels. Nous devons obtenir des mesures urgentes coûte que coûte, il en va de l’avenir de l’hôpital public.

En espérant que le rebond de la pandémie ne nous inflige pas de nouvelles désillusions, nous resterons quoi qu’il en soit et comme toujours, mobilisés déterminés, et combatifs. La Fédération prendra ses responsabilités !

 

-----------------------

Grève du 8 novembre : un franc succès !

   A la suite des menaces et coups portés par un patient exceptionnellement dangereux sur du personnel du CHS, toutes les organisations syndicales du personnel (CFDT, CGT et FO) avaient lancé un préavis de grève locale pour la semaine entière du 8 au 14 novembre 2021. 

 Les objectifs étaient de soutenir les collègues éprouvés de Bengali et tous ceux qui soignent ce patient particulièrement difficile, mais aussi de faire pression sur l’ARS et le préfet afin d’obtenir son départ rapide en UMD, unité équipée pour soigner ce type de patients. C’est pourquoi nous avions alerté les médias qui ont effectivement relayé notre action dans le JSL et dans info-Chalon.

   La grève fut un grand succès. 12% du personnel paramédical était en grève. 110 agents de toutes catégories (infirmiers, aides-soignants, cadres, travailleurs sociaux, psychologues, médecin, service DRH, …) ont unanimement et solidairement manifesté devant le CHS. Ce rassemblement s’est terminé devant Bengali par des applaudissements pour les collègues directement impliqués.

   L’UMD de Bron reprendra en soin ce patient le lundi 15 novembre

   L’intersyndicale a donc mis fin à la grève lundi 8 à minuit, sous réserve d’une nouvelle action si la promesse n’était pas tenue.

   L’intersyndicale a envoyé un courrier à la direction demandant le paiement des heures de grève, puisque cette action était soutenue par tout le personnel, paramédical, médical et par la direction. 

   Nous tenons à remercier tout le personnel pour cette belle manifestation locale de solidarité. 

   Nous restons vigilants pour la suite de ces évènements, compte-tenu de la situation déjà tendue sur le CHS et les hôpitaux en général, en termes de moyens humains et matériels, déjà bien insuffisants avant la crise du COVID, et toujours insatisfaisants au vu des promesses gouvernementales à la suite des Assises de la Psychiatrie et de la Santé Mentale.

09/11/2021

------------------------------

LES DERNIERES INFOS

SEPTEMBRE 2021

----------------------------------

LES ORDRES ? 

CERTAINEMENT PAS LE REMEDE AU DESORDRE !
 
 
 
La Fédération FO des personnels des Services Publics et des Services de Santé a été informée des velléités de création d’un ordre des psychologues au travers d’une proposition de loi portée par une vingtaine de députés LR .
 
Cette initiative est, comme en son temps pour l’ordre infirmier, le fait d’une poignée de professionnels malgré le rejet quasi-unanime de leurs collègues psychologues. Pour Force Ouvrière, cette initiative ne nous surprend qu’à moitié et les craintes que nous avions encore exprimées à la veille de la pandémie* se confirment, malheureusement. 
 
Force Ouvrière est fermement opposé à tout ordre professionnel qui institue l’obligation de « payer pour travailler » et qui remettrait en cause les textes qui régissent déjà le métier. Pour les psychologues, cet ordre instaurerait une double férule et mettrait encore en danger le peu d’indépendance qui reste dans leur exercice.
 
Sans aucune consultation de leurs représentants, au travers de l’ensemble des organisations syndicales et professionnelles, la création d’un tel ordre n’a que comme seul objectif, la mise sous tutelle des psychologues et leur inféodation au pouvoir médical avec une modification considérable de leur statut, en particulier dans les établissements sanitaires mais aussi sociaux et médicosociaux.
 
Cette proposition de loi ne devrait pas, selon nos sources, être examinée avant septembre. Force Ouvrière n’attendra pas l’automne pour organiser la riposte et convoque dans l’urgence la Commission Nationale FO des psychologues pour décider rapidement de nos actions prochaines et de mettre en perspective les revendications entre autres salariales.
 
La Fédération FO des personnels des Services Publics et des Services de Santé exhorte d’ores et déjà l’ensemble des psychologues à se préparer à la mobilisation contre cette proposition de loi.

 
--------------------------------------------------

 

LE SAVIEZ VOUS ?

 

D’où vient le mot CAMARADE ?

Bien souvent, le mot camarade est associé au parti communiste mais celui-ci est détourné de son sens. Il apparait en 1571 avec le genre féminin et le sens de « chambrée de soldats », de l'espagnol camarada  (« chambrée »), mot dérivé de cámara (« chambre ») avec le suffixe -ada, l’italien a camerata (« chambrée ») qui a influencé la forme camerade active en moyen français « celui qui partage le même lit ». Camarade\ka.ma.ʁad\ masculin et féminin identiques Celui ou celle qui, en partageant les occupations, la vie d’une ou de plusieurs personnes, contracte avec elles une sorte d’amitié et une communauté d’intérêts. Camaraderie\ka.ma.ʁad.ʁi\ féminin Familiarité, union qui existe entre camarades. Sorte d’entente qui existe entre diverses personnes unies par des rapports d’âge, d’amitié, de profession ou d’intérêts pour se soutenir et se prôner mutuellement.

Donc, Camarade ne tire pas son origine de l’ex-URSS mais de… l’Espagne !

----------------------------------------------

 

------------------------

CGOS en 1963, qu'est ce ?

CGOS Comité de Gestion des Œuvres Sociales

Cette association, créée en 1963, à l'initiative de Force Ouvrière, de la Fédération Hospitalière de France et du Ministère de la santé, gère les fonds dédiés aux œuvres sociales des personnels hospitaliers non médicaux.

Chaque établissement a l'obligation de verser 1,5 % de la masse salariale à un organisme agréé, en l'occurrence, le Comité de Gestion des Œuvres Sociales (CGOS).

Il s'agit donc de ce que nous appelons le salaire différé, c'est donc votre argent !

Il ne s'agit aucunement d'un Comité d'entreprise !

(voir dans Menu rubrique CGOS)

--------------